La maison des jours heureux

  • image-0-800-600-168
  • image-0-800-600-169
  • image-0-800-600-170
  • image-0-800-600-173
  • image-0-800-600-174
  • image-0-800-600-34
  • image-0-800-600-35
  • image-0-800-600-36
  • image-0-800-600-37-9752182c4c
  • image-0-800-600-38
  • image-0-800-600-39
  • image-0-800-600-40
  • image-0-800-600-41
  • image-0-800-600-42
  • image-0-800-600-43
  • image-0-800-600-44
  • image-0-800-600-45
  • image-0-800-600-46
  • image-0-800-600-47
  • image-0-800-600-48
  • image-0-800-600-49

La maison de vacances de sainte Thérèse de Lisieux

La maison de Saint-Ouen-le-Pin est située à une dizaine de kilomètres seulement de Lisieux. En plein cœur du Pays d’Auge, elle s’ouvre sur les paysages bocagers typiques de cette partie de la Basse Normandie : vallons aux formes douces, crêtes arborées, haies vives, champs de pommiers, herbages luxuriants,… Autour de ces plateaux fertiles limoneux, la prodigalité de la nature est omniprésente. Face à ces « lointains » rassérénant, l’inspiration est de chaque instant. De ce petit pays, Monseigneur Gaucher, spécialiste thérésien, a pu dire qu’il est toute « l’humanité » de la Normandie… 

La maison de maître où séjourna la petite Thérèse à diverses reprises est située à l’angle de la route Roque-Baignard et du chemin qui mène à l’église du village où elle allait à la messe. Le « Manoir Gosset » appartint pendant 4 générations à la famille de Thérèse de Lisieux.

Cette petite maison d’une élégante simplicité a été conservée dans son état et son ambiance d’époque. Conçue sur deux niveaux, elle s’ouvre sur un petit jardin légèrement pentu qui a su lui-même résister aux assauts du temps : l’if, la haie de buis, la glycine blanche et le rosier sont tous contemporains de la sainte. L’entrée se fait directement dans la salle-à-manger, pièce à vivre meublée en son centre d’une table patinée par les ans. Un escalier en bois permet l’accès aux chambres, en particulier celle que l’on réservait à la petite Thérèse, à ses sœurs et à ses cousines lors de ses séjours. Quelques photos et autres objets personnels constituent un décor volontairement pensé dans son dénuement.