Le rosier de la maison

  • image-0-800-600-201
  • image-0-800-600-202
  • image-0-800-600-203

Un rosier unique au monde, une authentique relique végétale

Le rosier grimpant qui pousse encore le long de la façade de "la maison des jours heureux" a plus de 130 ans. la petite Thérèse en a humé les fleurs, l'a probablement arrosé, l'a certainement longuement contemplé. Pour partager ce véritable témoin vivant de la sainte avec le plus grand nombre, nous avons confié à un horticulteur spécialiste des rosiers anciens la délicate mission d'en réaliser des greffes. Il est en effet très difficile de reproduire un aussi vieux rosier. Un processus long et périlleux à travers les saisons mais qui a bel et bien réussi : 500 pieds ont pris en 2013. Cette première série limitée de rosiers, numérotée de 1 à 500, a été proposée à la vente sur réservation dès octobre 2012. Une quatrième série limitée est proposée depuis le 1er avril 2016 pour une livraison à partir du 25 novembre 2016

Notre tout premier Rosier de la Maison a été offert au Saint Père, le Pape François. L'idée de planter un rosier issu de cette relique végétale dans les jardins du saint siège nous est apparue comme une continuité du fameux voyage à Rome qui était censé ouvrir les portes du Carmel à une certaine Thérèse Martin tout juste âgée de 14 ans...

Plus d'un siècle après la disparition de la sainte, ce rosier n'a donc jamais été aussi vivant. Le succès de notre multiplication du rosier originel constitue à l'évidence une réussite botanique autant qu'un signe symbolique : le message de la "petite fleur" de Lisieux traversera les âges "jusqu'à la consommation des siècles"...

Thérèse et les roses

  • image-0-800-600-175
  • image-0-800-600-176
  • image-0-800-600-177
  • image-0-800-600-178
  • image-0-800-600-179
  • image-0-800-600-180
  • image-0-800-600-50
  • image-0-800-600-51
  • image-0-800-600-52
  • image-0-800-600-53
  • image-0-800-600-54
  • image-0-800-600-55
Il n’est pas anodin que sainte Thérèse de Lisieux ne soit jamais représenté autrement qu’avec des roses dans les bras ou à ses pieds. La rose est effectivement la fleur emblématique de la sainte. Un symbole qui a pris source dès la première année de son existence. Quinze jours après sa naissance, une entérite aiguë lui fait frôler la mort. Une crise plus sérieuse survient dans son troisième mois. La petite Thérèse est alors confiée à une nourrice : Rose Taillé. Allaitée par la robuste femme et vivant une vie de paysanne dans la campagne normande, Thérèse recouvre rapidement la santé. Elle retrouvera les siens un an après. « La petite Rose », c’est ainsi qu’on l’appelait, lui avait sauvé la vie…  Ainsi, la rose est-elle un symbole de vie puissamment inscrit dans son histoire personnelle. Bien après sa disparition, les miracles qui lui sont attribués seront toujours annoncés par une douce odeur de rose. Un nombre important de dévots et amis de la sainte pratiquent régulièrement le neuvaine « à la rose » de Sainte Thérèse de Lisieux, reconnu pour ses bienfaits.